Rechercher

La fabrication de mon tambour médecine

Me voilà arrivée, en face de cette grande maison, avec une légère appréhension. Nous sommes un weekend de nouvelle lune, et j’ai accueilli il y a quelques jours mes lunes. Je sens que les énergies qui me bercent sont puissantes.


Je sais que je suis là pour construire mon tambour mais je ne sais pas comment cela va se dérouler, avec qui je vais me retrouver, où est-ce que je vais dormir… Mon mental tente de reprendre le dessus en essayant de contrôler ce qui s’apprête à se passer.


L’appel de ce tambour dure depuis plusieurs mois, mes tripes m’ont amenée ici. Il est temps que je le crée, moi, de mes mains, en pleine conscience.


J’entre, et je découvre un couple, accueillant et amoureux. Leur amour déborde, malgré les marques du temps, on les sent liés comme au premier jour. Je fais la rencontre des femmes présentes qui formeront notre clan pour ce weekend.


Après un court accueil, il est temps de partir. On se rend dans la magnifique forêt des Bioux afin d’y rencontrer les esprits des arbres, les épicéas, qui orneront nos tambours. On plonge dans cette forêt, pour entrer en communion avec eux. C’est un moment privilégier, en intimité, hors du temps.

Je rencontre un magnifique arbre, qui porte dans ses branches, le corps d’un arbre séché. Déjà, je suis plongée dans l’ambiance du weekend où nous côtoieront la vie et la mort. La mort qui ouvre sur une renaissance. Je prends le soin de le toucher, de lui parler. Lui aussi me parle, me montre des visions, des rituels que je vais pouvoir m’offrir avec mon tambour. Puis vient le temps de découvrir notre animal, de choisir en pleine conscience sa peau, qu’il nous offre. Cette même peau à qui nous allons permettre de vivre une renaissance à travers ce tambour, immortel. J’avance d’un pas sûr, je sais directement laquelle est la mienne. Mon mental me rappelle de jeter un œil aux autres, on ne sait jamais, mais je sens que je n’en ai pas besoin, c’est celle-ci. Elle est là, devant moi.


On profite de cet instant de communion pour partir à la rencontre de notre animal qui s’offre en cadeau à nous. Je prends pour la première fois, la pipe, remplie du tabac transmis par plusieurs chamanes et j’inspire timidement. Je ressens des picotements au fond de ma gorge, n’ayant jamais fumé quoi que ce soit, c’est une première pour tout mon être. Je ressens la présence de ce cerf, majestueux, qui m’offre sa présence éternelle, je suis remplie de gratitude. Je ne ressens aucune tristesse, seulement sa fierté d'être honoré.


Viens le temps de rentrer, chacune accompagnée de notre peau. Nous la déposons au fond d'une fontaine pour la laisser se détendre toute une nuit. C'est maintenant le moment de préparer le cercle de bois et sa mailloche. Nous avons la chance de recevoir du bois d'épicéas, le bois utiliser par les luthiers, un bois d'une résonnance parfaite. Je plonge dans ce travail manuel, dans un état méditatif. Poncer, limer, vernir.


La prochaine étape est bien plus longue. Elle demande beaucoup de patience, ce que je n'ai pas forcément. Il s'agit de picoter notre boule pour notre future mailloche. Près de 6 heures de picotage, un geste répétitif, sans fin. Je termine en étant presque en colère, j'ai l'impression de pas en voir la fin, comment est-ce possible que cela prenne autant de temps ! Minuit sonne, il est temps d'intégrer cette journée et d'aller se reposer.

Le réveil sonne, après un bon déjeuner, voici le temps d'assembler notre tambour. La dernière étape, la consécration. C'est un moment fort, où chacune entre en connexion avec sa peau, il faut la découper, la toucher, la faire entrer en contact avec le bois. Les énergies présentes sont puissantes, toujours dans l'humilité et la gratitude.


A l'image de mon métier de doula, nous donnons chacune naissance à notre tambour, une extension de notre être, un nouveau membre dans notre famille.

Il faudra lui laisser le temps de sécher, une attente de 21 jours, avant que je suisse te faire chanter, pour la première fois. J'ai déjà imaginé ce rituel, que je compte partager en famille. Nous prendrons le temps de rendre les chutes de bois et de peau à la nature et je te ferai chanter, enfin...


Aho








15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La rose